BRIEC : ils y étaient !!!

17 Juin

BRIEC, le 16 juin

 

RENCONTRE AVEC THIERRY MAGNIER ET JEANNE BENAMEUR

 

(voir article paru dans ce blog)

 

Voici les premières réactions, à chaud !!!

 

TEMOIN N° 1

 

Une bien belle journée que cette rencontre professionnelle avec Thierry Magnier et Jeanne Benameur !!!

 

Une quarantaine de bibliothécaires du réseau (et même du département voisin), de documentalistes se sont retrouvés dans les locaux du centre culturel ARTHEMUSE de Briec pour une journée professionnelle autour de Thierry Magnier éditeur et Jeanne Benameur : une femme qui écrit comme elle se plaît à se présenter.

 

Thierry Magnier a parlé de son parcours (prof, libraire, attiré par la restauration, il passe 5 ans chez Gallimard avant d’ouvrir sa maison d’édition. 5 ans plus tard, il accepte de diriger Actes sud Junior et le Rouergue jeunesse)
Il a évoqué le monde de l’édition puis présenté ce qu’est être éditeur à ses yeux.

 

Un chef d’orchestre qui va permettre aux différents acteurs talentueux, de travailler ensemble afin d’arriver à produire un livre qui corresponde aux désirs de l’auteur et à la ligne éditoriale .

 

Un éditeur c’est quelqu’un qui prend des risques !!

 

– En choisissant de faire découvrir un auteur, un illustrateur
– En éditant uniquement des créations
– En proposant des contenus, des idées, un discours
« il y a des choses essentielles qui doivent être dites, des écritures importantes qui doivent être montrées, offertes : son rôle est de faire découvrir »
Un éditeur c’est quelqu’un qui constitue un fonds, un catalogue et qui suit, accompagne ses auteurs, même dans leurs faiblesses.

 

Un éditeur c’est quelqu’un qui se donne les moyens de faire vivre les livres qu’il édite : diffusion, distribution.

 

Pour cela il choisit de travailler avec des gens dont c’est le métier.

 

Il parle des livres, les défend (formation, librairies ,salons…)

 

Il a parlé avec passion, humour et amour des collections, des choix :
pourquoi tel format, telle typographie.

 

Comment la lecture peut-elle être facilitée par la mise en page ou les marges blanches autour du texte.

 

La lecture adolescente.

 

Un débat s’est instauré sur les lectures des jeunes, les sujets « difficiles » la censure que certains professionnels s’infligent à eux mêmes ;

 

Puis Jeanne Benameur est arrivée. douce, souriante !!!

 

connivence et complicité
Complémentarité éditeur et directrice de collection ;

comment choisir un texte, les critères, leur fonctionnement ; la confiance nécessaire…

 

Puis à nouveau la littérature des ados est revenue dans le débat

 

La complexité fait partie de la vie. La souffrance fait partie de la vie, il est normal que la littérature n’en soit pas exempte.

 

Jamais un livre n’a provoqué de catastrophe « un feu allumé dans un livre n’a jamais provoqué d’incendie »

 

Un lecteur qui prend un livre qui ne lui convient pas le refermera
La littérature « classique » Molière, Racine, les Contes ne sont pas des textes simples ni édulcorés et il ne viendrait à l’idée de personne de refuser qu’un ado lise Roméo et Juliette, Barbe Bleu ou Peau d’Ane

 

Jeanne Benameur parle beaucoup de la place de chacun et de l’importance de ne pas se mettre à la place de l’autre.

 

Chacun, sans doute, a en lui une part de folie ; il a aussi l’enfant et l’adolescent qu’il a été.

 

Dans l’écriture cette part resurgit: Jeanne Benameur ne se met dans la peau de, mais fait remonter l’enfant ou l’ado qui est en elle.

 

D’où certainement cette pudeur, cette justesse et cette délicatesse présentes dans beaucoup de ses textes (Laver les Ombres, Les Demeurées).

 

Une femme engagée, une femme qui écrit et qui nous donne envie de lire !

 

Une bibliothécaire en sortant disait ça me donne envie de faire plein de choses, ça me réveille

 

Ça fait du bien !

 

Tous avait le sourire aux lèvres et des livres sous le bras !

 

Ah la belle journée !

 

UN AUTRE TEMOIGNAGE…

 

Quel privilège hier au soir que d’être convié à une rencontre avec Thierry Magnier et Jeanne Benameur à Briec. Bien vite, j’ai conscience de vivre un moment important et précieux, leurs paroles résolues et dignes nous mobilisent sans nous embrigader. La belle conservation se poursuit, la connivence entre eux se fait jour puis viennent les lectures lumineuses de Jeanne. Les images sonores et visuelles nous transportent au gré des situations et des personnages dont on veut résolument connaître la suite des histoires…

 

Il fut question du travail, de l’identité d’ouvriers d’ArcellorMittal, du rôle des auteurs en atelier de parole avec ces gens et j’ai soudain pensé au beau livre de Jean Christophe Bailly « Le Dépaysement ». Il fut aussi question de la place que l’on occupe, celle que l’on vous assigne et celle que l’on se choisit, et j’ai repensé aussi à Annie Ernaux et son roman « La place », et ainsi de suite tout on long de ces échanges…

 

Très belle soirée de juin, de celles où l’on a envie de vivre pour mieux lire…d’un livre à l’autre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :